Viol sur mineure à Pikine : Seydina Ndoye avoue et prend 10 ans fermes

0
85

Devant le tribunal des flagrants délits de pikine, hier, seydina ndoye a surpris par sa franchise en avouant les faits de viol et

de pédophilie pour lesquels il était jugé. parce que, dans son entendement, il ne s’agit point d’un viol, puisque la fille de 16

ans qui l’accuse a toujours été consentante. Du reste, face au juge, le prévenu a martelé que c’est la fille qui l’a provoqué dans sa

propre chambre et à chaque fois c’est la victime qui a ôté son pantalon pour avoir droit à un rapport sexuel.

En effet, lesfaits se sont produits aux parcelles assainies où le père de la victime, Ousseynou Seck, a déposé une plainte pour

dénoncer les actes du mis en cause. Dans cette plainte, le sieur seck déclare que Seydina Ndoye, vendeur de chaussures

au rond-point «case bi», a abusé de sa fille. Selon lui, le 20 février dernier, sa fille B. Seck avait interpellé sa mère, relativement à la dé-

marche un peu bizarre de son autre fille C. Seck, âgée de 16 ans. c’est sur ces entrefaites que cette dernière a soumis sa fille

à une enquête serrée, avant que la fille n’explique que c’est Seydina Ndoye qui a abusé d’elle à plusieurs reprises. Et elle a ajouté que son violeur brandissait toujours un couteau en la menaçant et en lui intimant l’ordre de ne rien raconter à sa mère.

 

Acheminée à l’hôpital, le médecin a confirmé que la fille avait eu plusieurs rapports. Appelée à narrer l’affaire, la

minette C. Seck a déclaré : «il y a de cela des mois, alors que j’étais en route pour l’école de cambérène 2 où je me suis inscrite en classe  CM2, il m’a interpellée en cours de route pour me demander de luiBacheter du ‘ripas’ (aliment de bétail) avant de me donner 500

francs cfa. De retour de la course, il m’a amenée de force dans sa maison, juste près de son étal. Mais j’ai refusé de faire

ce qu’il me demandait et il m’a alors giflée et m’a conduite dans sa chambre avant de fermer la porte». Elle ajoute que lorsqu’elle a

commencé à pleurer, Seydina Ndoye a brandi un gros couteau en menaçant de la tuer. «C’est ainsi qu’il m’a mise dans son lit, avant de me déshabiller et de me p… du matin jusqu’à 14 heures ; a-t-elle expliqué. Après avoir assouvi son désir sexuel, puisque mes jambes étaient couvertes de sang, il a un pris un drap de couleur noir pour l’essuyer». A la question du juge à savoir le nombre de fois qu’il a eu de

rapport avec le prévenu, la vic￾time de répondre : «Cela s’est produit à plusieurs reprises et à des dates différentes». «Elle m’a provoqué dans ma propre chambre» Né en 1986, seydina ndoye n’a pas eu de scrupule à avouer son forfait. «J’avoue que j’ai entretenu, à maintes reprises, de relations sexuelles avec elle, mais elle n’avait pas saigné la première fois», a-t-il précisé, avant de déclarer avoir fait la connaissance de c. seck devant son domicile. «C’est ainsi qu’elle m’avait demandé de lui offrir une paire de chaussures, avant

de me promettre de venir chez moi pour la récupérer. Sur ce, un jour, elle est venue accompagnée deux de ses amies auxquelles j’ai offert chacune une paire», a dit le vendeur de chaussures. «Trois jours après, elle est revenue et m’a demandé si je suis marié et je lui ai répondu par la négation. C’est ainsi que je lui ai remis 200 francs cfa. Une troisième fois, elle est revenue me demander si je voulais qu’elle soit ma femme et je lui ai répondu positivement. Puis, au bout d’un certain temps, elle m’a encore demandé 500 francs cfa que je lui ai remis»,

a-t-il expliqué. «Alors, poursuit-il, une quatrième fois, elle m’a retrouvé allonger sur mon lit et s’est couchée sur ma poitrine, avant

que je ne touche ses seins. elle m’a alors donné un baiser et on a commencé à flirter, puis elle a enlevé mon caleçon, avant

qu’on n’entretienne des rapports sexuels. Depuis notre premier rapport sexuel, elle revenait tous les deux jours chez moi jusqu’à un certain moment où elle avait marqué une pauseAlors, c’est quand je l’ai rencontrée un jour dans une boutique que j’ai su qu’elle était enceinte».

Malgré ces déclarations, le parquet a requis la peine de 10 ans fermes contre le prévenu, vu la constance des faits. La défense quant à elle a plaidé pour une application bienveillante de la loi. Mais, malheureusement pour Seydina Ndoye, le tribunal a suivi le procureur et l’a condamné à 10 ans fermes

Senactu.net avec Vox Pop

Laisser une réponse

error: Content is protected !!