Select your Top Menu from wp menus



Ibrahima Sène: “Il ne s’agit pas seulement des “convictions religieuses” de Sonko qui est présenté comme “salafiste”, mais aussi et surtout de son “appartenance supposée” à la mouvance Al Qaida !”

Le membre du Parti de l’Indépendance et du Travail Ibrahima Seck s’est prononcée sur les accusations portées par Ahmed Khalifa Niass contre Ousmane Sonko. Selon Ibrahima Sène, il s’agit d’accusations graves qui ne portent pas seulement sur les convictions religieuses, mais aussi, sur une appartenance supposée à Al Qaida.

D’après Ibrahima Sène, Ousmane Sonko, doit pour sa sécurité, saisir la justice et servir une citation interpellative à Ahmed Khalifa Niass. S’il y a besoin, il doit même saisir le procureur pour lever tout soupçon d’une appartenance à Al Qaida.

 

“Il ne s’agit pas seulement des “convictions religieuses” de Sonko qui est présenté comme “salafiste”, mais aussi et surtout de son “appartenance supposée” à la mouvance Al Qaida ! Il existe bien des “Salafistes” non-membres de cette mouvance, et d’autres qui s’en revendiquent. Donc les accusations d’Ahmed Khalifa Niass contre Ousmane Sonko ne relèvent pas seulement d’un débat “autour de ses convictions religieuses“. Ainsi, vouloir le réduire à ce niveau, serait une forme de minimisation de la gravité de l’accusation portée sur Sonko. Dans cette situation, Sonko devrait, pour sa propre sécurité, lui servir une citation interpellative sur ces propos, et si nécessaire, saisir le procureur. Cela est d’autant plus nécessaire qu’il ne devrait subsister aucun doute sur son appartenance présumée à Al Qaida, dont les membres continuent de semer la terreur et la désolation à portes, dans le Sahel”, a dit Ibrahima Sène dans Vox Populi.

Pour Ibrahima Sène, les accusations d’Ahmed Khalifa Niass sont graves et elles ne sont pas rangées dans le registre du dérapage. “La Mauritanie vient de fermer une université islamique à Nouakchott pour “activités liées à Al Qaida. Ainsi les accusations d’Ahmed Khalifa Niass ne peuvent aucunement être considérées comme simples “dérapages de langage” en pré-campagne électorale, tant leur gravité saute aux yeux”, a dit Ibrahima Sène.

 

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *