Select your Top Menu from wp menus



Divorcée  et mère de trois enfants : l’étudiante en médecine engrossée par son amant étrangle ses jumeaux

Elle était étudiante en médecine, juste avant son arrestation, a été attraite,
avant-hier, à la barre de la chambre criminelle de Dakar, pour des faits d’infanticide. Des faits qui risquent de lui coûter 10 ans de travaux forcés.

Pour comprendre les faits qui lui valent à cette jeune dame cette comparution, il faut remonter à 2013. s’étant mariée tôt, l’étudiante, qui avait malgré tout poursuivi ses études, a eu trois bouts de dieu dans cette union qui s’est soldée par un divorce. Mais apparemment, elle s’est vite remise de cette séparation,puisqu’ aussitôt après, elle a commencé à voir un autre homme malheureusement pour elle, après quelques mois d’idylle, elle s’est retrouvée avec une grossesse. une vraie honte pour elle. Toutes choses qui font qu’elle a caché sa grossesse à tout son entourage. et cela, pendant neuf mois. Pis, elle n’a jamais effectué de visites prénatales, au risque de se faire démasquer. et le jour de son accouchement, le 29 mars 2013,les choses se sont emballées. À  la barre de la chambre criminelle, elle a tenté de prouver sa bonne foi en soutenant qu’elle se préparait à aller à l’hôpital. Mais à sa grande surprise, dit-elle, elle a accouché en premier d’une fille qu’elle a nettoyée, avant de constater qu’il restait un autre dans son ventre. Un nouveau-né de sexe masculin qui est né quelques minutes après. Toujours dans ses déclarations, c’est après avoir découvert que ses deux bébés ne respiraient plus, qu’elle les a enveloppés avec un drap, avant de les mettre dans un seau pour que son cousin Nicolas les emmène à l’hôpital de Ouakam. c’est ainsi qu’ils sont finalement partis tous les deux au centre de santé de Ouakam, où elle a présenté aux sages-femmes le seau contenant les deux corps sans vie des jumeaux. Soupçonnant un cas d’infanticide, les sages-femmes s’en sont ouvertes au médecine chef du district qui a informé les éléments de la brigade de gendarmerie de Ouakam. ayant rappliqué dare-dare sur les lieux,les pandores ont tout de suite ouvert une enquête. Interrogée, la jeune dame a nié les faits, tout en précisant que les jumeaux étaient des mort-nés. et ce mardi, à la barre de la chambre criminelle, elle a finalement avoué au juge qu’elle avait peur de la réaction de ses parents, déjà qu’elle venait de divorcer. Selon le certificat de genre de mort, l’un des bébés est décédé après avoir été cogné contre un objet dur. Mais l’avocat de la défense a plaidé l’acquittement, pour manque de preuves. Le délibéré sera connu le 17 avril

Senactu avec Vox Pop

Divorcé et mère de trois enfants : l’étudiante en médecine

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *