A LA UNESociete

Dakar: La corruption techniquement organisée au Centre de contrôle technique des véhicules automobiles

Senactu-(Dakar) Au centre de contrôle technique des véhicules  automobile de   il est 6h 45. Une longue file d’attente s’étend de la porte d’entrée jusqu’ à l’autoroute en passant par  l’échangeur Hann Maryste. Les usagers qui se lèvent le matin ont trois possibilités. Soit demander un rendez en passant par la voie normale soit suivre la queue, ou passer par la corruption.

Seulement la troisième voie semble la plus facile et la plus rapide pour éviter de passer au moins 12 à 16 tours d’horloge à suivre une longue qui ne vous garantit pas de passer à l’intérieur du CCTVA.

La corruption est techniquement bien organisée au point qu’il est extrêmement difficile de s’en rendre compte sans fréquenter les lieux. Le modus operandi consiste à se présenter directement devant la porte d’entrée sans passer par les rangs encore moins Africatel AVS pour un rendez-Vous.

« Mme Vous avez un rendez ? » s’exclame la personne charger de vérifier les voitures qui doivent passer directement  sur la ligne prioritaire des demandeurs de rendez-vous.

« Oui Monsieur ! » Répond une dame à  bord d’une Peugeot 207 de couleur grise

Vérification faite il lui rétorque

« Non Madame! vous n’êtes pas sur la liste. Si vous contestez aller vérifier de l’autre côté pour vous faire rétablir dans vos droits »

La dame, téléphone collé à la main retourne sur pas, mais pas pour rentrer chez elle. Un petit tour du côté du pont  de Hann et le tour est joué. La personne chargée de vous  rétablir dans vos droits n’est personne d’autre qu’un courtier qui propose des sommes allant de 5000 à 10.000 voire parfois 15 mille pour entrer directement dans le centre de contrôle sans passer par la queue. Cette somme vous garantit également votre admission  une fois le véhicule remis aux techniciens chargés de la vérification.

Ceci n’est qu’un simple exemple à titre illustratif. C’est la méthode qui est  valable pour toute personne désirant  contourner  les rigueurs du centre.Les courtiers viennent même discrètement jusque vers l’autoroute pour proposer à des usagers de sortir des rangs moyennant la somme de 12.000 F.

Cette pratique devenue monnaie courante dans le CCTVA crée en de forte affluence beaucoup de frustrations au point que les conducteurs réclament d’autres centre régionaux. Certains  préfèrent  même muter leur véhicule dans les régions où le contrôle est moins sévère et plus rapide

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker